Wednesday, 18.05.2022 - Thursday, 19.05.2022 - Dakar – SENEGAL

TROISIEME EDITION WEST AFRICA DIALOGUE : « La collaboration civilo-militaire en Afrique de l’Ouest : une nécessité face aux défis et mutations sécuritaires »

Du 18 au 19 mai 2022, s’est tenu à l’hôtel Pullman Teranga Dakar la troisième édition de la conférence régionale West Africa Dialogue. Le thème portait sur « La collaboration civilo-militaire en Afrique de l’Ouest : une nécessité face aux défis et mutations sécuritaires ». L’objectif de cette 3e édition était d’analyser les réponses aux défis sécuritaires sous l’angle de la collaboration civilo-militaire.

La pertinence de la nécessité d’une collaboration efficace et pérenne entre civils et forces de défense et de sécurité (FDS) n’est plus à démontrer. Elle apparait comme étant une des réponses les plus adéquates face aux défis et mutations sécuritaires. C’est le dialogue et l’interface entre les composantes militaires, civiles et policières d’une opération de paix concernant le domaine sécuritaire mais également politique, de développement et autres, en vue de résultats plus concrets. Ce qui fait toute son importance. La 3e édition de West Africa Dialogue a permis de revisiter, à travers une contextualisation ouest africaine, les défis multidimensionnels en matière de gouvernance sécuritaire allant de l’extrémisme violent, aux changements climatiques en passant par les violences basées sur le genre.

La conférence a été également une occasion pour faire un état des lieux de la collaboration entre civils et FDS afin d’en dresser les obstacles structurels. Conscient de l’importance de se doter d’un outil de gouvernance sécuritaire collaboratif, les participants venus d’horizon différents ont émis un certain nombre de recommandations qui s’appuie fondamentalement sur 4 piliers : Communication, Co-action, Capacitation et Confiance (les 4 C). La Collaboration devrait ainsi reposer sur ces piliers pour une gouvernance sécuritaire efficace, inclusive selon une approche holistique. Cette 3e édition a vu la participation d’experts, de chercheurs, d’universitaires, d’acteurs de la société civile, de FDS, de membres d’institution étatiques et non étatiques… provenant essentiellement des pays de l’Afrique de l’Ouest.

Vers le haut