Thursday, 14.09.2023

PSCC Talk sur « Les enjeux de la participation des femmes aux processus de paix et de stabilisation en Afrique de l’Ouest : cas du Sénégal, du Mali, du Niger et du Burkina Faso »

Dans le cadre de ses conférences virtuelles dénommées « PSCC Talk » le bureau Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne de la Fondation Friedrich Ebert (FES PSCC) Dakar a organisé le Jeudi 14 Septembre 2023 une conférence virtuelle sur le thème « Les enjeux de la participation des femmes aux processus de paix et de stabilisation en Afrique de l’Ouest : cas du Sénégal, du Mali, du Niger et du Burkina Faso ».

Face aux multiples défis que connait la région du Sahel, celui concernant la sécurité est sans aucun doute le plus pressent. Aussi, est-il nécessaire d’engager les différentes catégories de la population afin de jouer un rôle dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix. Les femmes et les jeunes, représentent ainsi une catégorie importante dans cette région, et leur intervention dans l’espace politique et surtout sur les questions sécuritaires entre autres n’est plus une simple option mais une priorité stratégique. Dans une déclaration publiée par sa Présidence, le Mercredi 3 Février 2021, le Conseil de sécurité de l’ONU insiste sur l’importance du rôle que jouent les femmes en Afrique de l’Ouest et au Sahel dans la prévention et le règlement des conflits, dans la consolidation de la paix et dans les situations d’après-conflit. Dans cette déclaration, les membres du Conseil soulignent que les femmes « doivent participer sur un pied d’égalité à tous les efforts visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité et y être pleinement et véritablement associées ». Les femmes sont au cœur des efforts visant à instaurer une paix durable par l'inclusion, la justice et la sécurité.

Au niveau mondial et régional, divers cadres et mécanismes sont mis en place pour soutenir et renforcer la participation et le rôle des femmes dans les processus de paix (résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité. Cet agenda exhortait tous les acteurs à accroître la participation des femmes et à intégrer les perspectives de genre dans les efforts de paix et de sécurité de l'ONU et appelait à l'autonomisation et à l'inclusion des femmes dans la prévention et la résolution des conflits et la consolidation de la paix. En Afrique, pour promouvoir la protection des droits des femmes, garantir l'intégration de la dimension genre et la participation égale des femmes aux processus de paix, plusieurs politiques, cadres et mécanismes existent au sein de l'Union africaine : de sa politique cadre sur la réforme du secteur de la sécurité au Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (2003), en passant par la Déclaration solennelle sur l'égalité des sexes en Afrique (2004), la Déclaration solennelle sur une politique africaine commune en matière de défense et de sécurité (2004), la politique de reconstruction et de développement post-conflit (2006), la politique de l'UA en matière de genre (2009).

La conférence animée par Mme Coumba BAH, Présidente du Réseau Média Réforme du Secteur de la Sécurité au Mali (Mali) et Mme Alice Combary SOULAMA, Coordonnatrice de WANEP Burkina (Burkina Faso) a été l’occasion d’analyser les contours du débat sur une meilleure implication et intégration des femmes à tous les niveaux dans les processus de paix pour une région du Sahel davantage stable et sûre.

Les discussions modérées par Mme Diyé BA, Coordonnatrice de la Plateforme régionale des femmes du G-5 Sahel (Mauritanie) ont porté autour des points ci-après :

  1. Quelle est la situation de la participation des femmes aux processus de paix au Mali, au Sénégal, au Burkina Faso et au Niger ?
  2. Quelles sont les initiatives nationales pour promouvoir la participation des femmes dans la prévention de l'extrémisme violent, la réduction des conflits intercommunautaires, la construction de la paix et la reconstruction post-conflit ?
  3. Comment renforcer le rôle des femmes et leur inclusion dans les processus de paix et de sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel ?
  4. Comment mener des plans de plaidoyer conjoints pour des actions en faveur de la paix au niveau national et régional ?

Les échanges ont montré que malheureusement, en dépit d’une pléthore d’instruments juridiques et normatifs existants, l’appropriation et la mise en œuvre concrète de ces politiques au niveau des Etats membres posent problèmes et varient d’un Etat à un autre tant au Burkina Faso, au Mali, au Niger qu’au Sénégal. Malgré de timides efforts pour aborder les questions de genre dans le secteur de la sécurité dans ces pays, les femmes restent souvent marginalisées et largement exclues des instances décisionnelles dans les processus de paix. Les rares tentatives de réformes peinent à se consolider dans le temps et les bonnes pratiques ne sont pas foison. D’où la nécessité et l’urgence de renforcer l’Agenda Femmes-Paix et Sécurité à travers :

  • Une synergie d’actions et une approche régionale voire globale;
  • La realisation d’études sur l’impact des différentes initiatives jusque-là entreprises;
  • Par une meilleure représentation et inclusion féminine qualitatives;
  • Une inclusion des actrices communautaires, des jeunes filles et le renouvellement du Leadership féminin;
  • Le renforcement des mécanismes et actions féminines dans la prévention et la cessation des hostilités;
  • Une culture de la “Masculinité Positive”;
  • Le changement de narratif (femme actrice contre femme victime).

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

Point E, Rue de Fatick x Boulevard de l'Est,
Résidence Bity Lokho, 6éme étage
B.P. 15 416
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org

Vers le haut